AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 les météores (lou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: les météores (lou)   Mar 19 Mai - 20:02

Flashback
Ça tire, ça brûle, Ça jaillit

Tu ouvres les yeux. Aujourd'hui, c'est ton anniversaire. Ton aid milad said. Plus proche d'une année d'être un homme. Ton torse en éructe avec fierté. Quinze-années dépensées. Tu t'étires et la première chose que fait tes yeux de chat c'est de fixer tes aisselles et ton entre-cuisse. Il n'y a pas un poil de plus q'hier. Tu es déçu, mais qu'espérais-tu ? Tu as toujours trouvé que ces amas étaient le gage de la virilité. Peut-être car ton regard c'est trop accroché à son torse ? De qui tu parles ? De celui qui repose dans son lit. Celui qui t'a offert cette place dans son canapé que tu kidnappes sans vergogne. Ton aîné. Ton frère. Les mains sur ton torse dénudé. Il fait bien trop chaud pour être plus habillé. Le regard qui fixe le plafond. Tu aimes cette effluve qui pénètre tes poumons. Ce parfum de célibataire acre qui se mélange aux  odeurs de chicha bon marché, d'harissa et d'épices. Tu te tournes légèrement et le cuir crisse sous ta peau en nage. Ton visage enfoncé, tu humes son parfum. Il s'est posé là. Tu l'aimes plus que les préceptes religieux ne t'y autorisent. Cela fait plus d'un an que tes yeux dévorent son corps. Pourtant, vous avez toujours été proche, les photos sur la commode dans l'entrée en sont la preuve. On te voit sur ses épaules, riant, mais tu n'es plus cet enfant. Tu l'aimes comme Micha et Djamila, vos voisins de palier qui font si fort l'amour qu'ils réveillent toute la tour. Elle hurle à s'en déchirer les cordes vocales et les murs tremblent sous ces coups de pistons. Non, tu n'es plus un enfant, la pornographie à violer ton âme, tes yeux et tes sens. Cela s'affiche partout sur les téléphones portables dans les cages escaliers où tu as l'habitude de errer. Rien que cette pensée fait gonfler ton entrejambe. Ton caleçon se tend. C'est le matin. Ta vessie se rappelle à toi. Tu décides de te lever. Direction les toilettes. Tu remontes légèrement ce caleçon qui est trop grand pour toi. C'est normal, c'est le sien. Tu lui as pas demandé son avis, tu aimes porter ses affaires. Tu piques dans son bac à linge sale, car tu as alors l'impression d'être plus proche de lui. Vos parfums peuvent alors se mélanger car que vous partagiez le même adn ne te suffit pas. Tu veux plus. Tu passes devant sa chambre. Tu ne sais même pas s'il dort encore. Ta gaule devant toi. Au garde à vous. Tu ne te caches même pas. Tu es bien trop fier de balader cette part de virilité qui émerge, qui se tend. Tu t'étires à nouveau et tu finis par bailler. Il fait bon vivre. Il fait bon d'aimer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Sam 23 Mai - 13:26

il fait chaud, il fait beaucoup trop chaud, et c'est ce qui te réveille. pourtant, tu aurais bien aimé dormir un peu plus. voire beaucoup plus. mais tu ne gagnes pas encore assez pour te faire installer une quelconque climatisation dans ton appartement. alors tu fais avec. allongé en caleçon dans ton lit, tu ne peux pas t'empêcher de penser à ton petit frère qui est de l'autre côté du mur, sûrement en train de dormir sur ton canapé en cuir. tu penses à lui, mais pas de la bonne manière. pas d'une manière saine, pas d'une manière fraternelle. et ça te perturbe. pourtant tu fais avec. tu prends sur toi. tu n'as pas le choix, de toute manière. quel malade mental pouvait avoir des pensées aussi sales sur son propre frère. qu'importe. il fallait que tu arrêtes d'y penser, c'était mal. beaucoup trop mal. et tu te réconfortais en te disant que ce n'était rien, couchant avec n'importe qui pour te rassurer. pourtant aujourd'hui, tu as pris une journée de congé pour lui. pour son anniversaire. c'est ce que tu fais tout le temps. la plupart du temps vous passez la journée ensemble, vous allez fêter ça dans dans un kebab puis devant un match de foot, puis le soir toute la famille se réunit et vous fêtez ça tous ensemble. c'est comme un rituel qu'il ne faut pas briser. certaines choses sont destinées à ne pas changer. et alors que tu penses à tout ça, tu le vois passer devant ta porte - ouverte à cause de la chaleur - tu l'observes un instant. il est là, dans ton caleçon qu'il a sûrement piqué dans ton bac à linge sale, mais bizarrement au lieu d'être répugné tu aimes plutôt bien le voir dans tes fringues. mais tu ne fais pas de remarque là-dessus, ni sur sa queue au garde-à-vous qu'il arbore presque avec fierté. c'est l'âge après tout. toi aussi tu avais eu quinze ans. « joyeux anniversaire, gamin. » tu finis par dire en te relevant, te retrouvant assis sur ton lit king size, oubliant tout le reste. « alors tu veux faire quoi aujourd'hui ? c'est toi le roi. » tu lui demandes dans un sourire avant de te gratter la tête.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Dim 24 Mai - 16:32

Il t'arrête en plein élan. Tes doigts de pieds ont à peine effleurer le carrelage - pourtant si rafraichissant -. Tu reviens en arrière. Tu pousses cette porte qui t'ouvre son monde. Tu le détailles de la tête aux pieds, d'une manière qui ne te rends pas fier. Tes yeux aiment chaque centimètres de sa peau, comme un peintre chérirait son divin modèle.  Aux premiers sons de sa voix du matin, tu ne peux t'empêcher de sourire et de grogner à la fois. Gamin ! Est-ce qu'un gamin aurait ça entre les cuisses ? Tu t'installes contre le chambranle, les bras croisés et le caleçon. Son caleçon ! tendu comme les tentes des familles gitanes dans la cour de votre tour. Tu devrais être touché par la pudeur. Il est ton frère. Tu n'as pas été élevé dans la brousse. Tu te cacherais devant tes parents ou tes autres frères et sœurs. Mais, ici, tu en as besoin. Le besoin de lui montrer que tu n'es plus un enfant même si cela ne changerait à rien à ce qui te ronge. Qu'est ce que tu espères ? Ce que tu veux est impossible. Sale et horrible. Tu es un monstre, Michan!  « C'est vrai ? Je peux demander ce que je veux ? » Tu as ce regard et cette intonation qui n'est pas de ton âge. Tu viens de prendre dix-ans dans les dents. Ton regard est dégoulinant. Il ne devrait pas l'être. Puis, tout s'efface, comme un éclair dans un ciel orageux. Ton regard reprend tes jeunes années. Tu joues à ce jeu depuis des lunes.
Puis, toi, petit chaton, tu sautes sur son lit. Tu sautes sur lui. Tu roules dans ses draps. Ton érection toujours aussi fière. Tu cherches de tes jeunes doigts ses côtes. Tu mords son épaule - non comme un amant - mais comme un frère. Tu piaffes et tu arrives à peine à trouver une nouvelle inspiration. Est-ce que cela serait ça le bonheur parfait ?  « Alors, ce que je veux faire ? Hum ! On prend le bus et on passe la journée à la plage. » Tu sais que c'est de l'argent. Tu sais que personne ne part d'ici. Tu sais qu'il y a des kilomètres, mais c'est ce que tu veux. Tu veux littéralement te casser, disparaitre. « Juste toi et moi. » Tu n'es jamais allé plus loin que ces tours. Tu n'as même pas de maillot de bain. Tu n'as jamais senti le sable sous la plainte de pieds et le sel sur ta peau. « On part maintenant. On zappe la douche et le petit déjeuner. On saute dans tes vêtements et on disparait. » C'est une invitation. L'envie d'avoir Lou qu'à toi. Pourtant, tu l'as tout à toi ici même, mais tu veux l'avoir loin de tout ça. Arrête de rêver, gamin ! Il est ton frère ! Reprends toi !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Dim 24 Mai - 17:42

et à chaque regard, à chaque pensée, tu as l'impression d'être un monstre. il est ton petit frère, bon sang. comment est-ce que tu pouvais poser ce regard sur lui ? comment est-ce que tu pouvais avoir ce genre de pensées, d'envies ? c'est malsain, tu es malsain. parfois tu te dis qu'il faudrait peut-être que tu consultes un docteur, que tu lui racontes tout ça. peut-être que ce n'est qu'une maladie et que cela se soigne à l'aide de quelques médicaments. et puis, il y a sa manière de te parler, ce regard qu'il pose sur toi, ton caleçon sur lui, tout ce qui fait que tu n'arrives pas à rester concentré. oui, tu peux demander ce que tu veux, tu te dis, même moi. et tu secoues aussitôt la tête à ces pensées. c'est sale. tes pulsions envers ton frère à peine âgé de quinze ans étaient inquiétantes. et puis lorsqu'il te saute dessus, tu tentes d'oublier tout ça. il vaut mieux. il n'est que ton petit frère, ce petit frère que tu as vu grandir, que tu as quasiment élevé pendant que ta mère s'occupait des autres. il est comme ton fils. tu te mets à rire en sentant ses doigts sur tes côtes et ses dents sur ton épaules. tu as toujours été beaucoup - beaucoup - trop chatouilleux. et puis il te demande - presque - l'impossible. et toi tu t'écartes légèrement de ce corps qui te fait envie. comme par sécurité. tu te protèges de toi même et de tes envies. la mer, il veut voir la mer. si seulement tu avais assez pour l'emmener voir la mer. toi-même tu n'as jamais vu l'océan, pas une seule fois. il faut dire que tout ce que tu gagnes, tu le dépenses dans ton appartement, dans ta bouffe, et ce qu'il te reste tu le donnes à ta mère pour l'aider à joindre les deux bouts. c'est jamais facile, lorsqu'il y a dix gosses à nourrir. « un jour, je t'y emmènerai, je te le promets michan. » tu lui dis dans un sourire confiant. pourtant son invitation était tentante, vraiment. si seulement tu pouvais. t'en es triste de le décevoir et de ne pas lui offrir ce qu'il désir. partir loin le temps d'une journée. « je peux t'acheter un gros gâteau si tu veux, on ira le bouffer au parc. bon, c'est pas aussi tentant que la mer, mais c'est tout ce qui est dans mes moyens. » tu lui annonces, navré d'être un frère aussi nul le jour de son anniversaire. « désolé »



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Dim 24 Mai - 22:59

Tu as demandé l'impossible. Lou a beau toujours tout fait pour toi. Tu penses qu'il décrocherait les étoiles pour toi si tu lui demandais. Il ne peut pas exaucer ton vœu. Tu n'es pas déçu. C'est le jour de ton anniversaire et il est le seul de la famille à penser à toi. Comment lui en vouloir ? Tu te souviens déjà pas d'un jour où tu as pu lui en vouloir. Mais, là, où ton esprit se vexe, c'est son corps qui s'éloigne du tien. Tu retombes sur le dos de ton côté du lit. Les draps en bataille. Tu as son effluve qui t'assaille. Comment expliquer à quel point tu aimes le parfum de ton frère ? Tu ne pourrais pas sans passer pour un dément. Cette effluve te rassure et t'enchaine. Elle est l'odeur de l'homme que tu aimes. L'odeur que tu veux porter. Et, tu as beau porter ses vêtements sales, c'est différent...Ce n'es pas pareil...Petit crado, va !
« Ok, pour le gâteau, mais j'ai une idée avant. Ramène toi sur le toit de la tour  dans une heure. » Tu sautes hors du lit. Tu ne lui donneras pas d'autres explications pour l'instant.  « Tu as dis que j'avais tout les droits ? » Tu enfiles rapidement des vêtements et tu es déjà hors de son logis. Tu ressembles à un personnage de cartoon qui ne laisse derrière lui qu'une trainée d'incertitudes et de questions.
Pour ce que tu as en tête, tu as besoin de monnayer, mais cela tu sais faire. Tu sais qui voir. Tu parles au cousin du frère. Tu demandes quelques services aux sages que tu aimes tant aidés. Tu récoltes les objets nécessaires. Tu mènes ton petit manège sans accro. Et, te voilà à l'attendre, une piscine gonflable sur le toit de votre cour. Quelques bouées en forme d'animaux que tu as gonflé toi même sur le côté. Tu as même demandé à un ancien au dernier étage si tu pouvais passer un tuyau pour remplir ton océan artificiel. Tu le tiens dans tes mains. L'eau jaillie et tu ne peux t'empêcher de passer ta tête sous le jet. Ce n'était peut-être pas à toi de te décarcasser pour ton anniversaire. Mais, au fond de toi, tu voulais prouver quelque chose. Tu voulais prouver que tu n'étais plus enfant. Mais, à quoi cela va servir ? Tu n'as vraiment rien compris, mon pauvre Michan !

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Lun 25 Mai - 9:06

par précaution, tu préfères resté éloigné de lui. pour te protéger de toi même et de tes envies saugrenues. il était ton petit frère, merde, et puis vous aviez 12 ans d'écart. et toi, tu aimais les seins et les chattes, alors qu'est-ce qu'il te prenait à regarder son torse et son entre-jambe de la sorte ? tu l'observes silencieusement se lever et te donner rendez-vous sur le toit dans une heure. tu ne comprends pas trop et ça te rend curieux, mais tu ne poses pas de questions. tu sauras bien assez tôt ce qu'il manigance. alors qu'il s'en va, tu finis par te lever de ton lit et te diriger directement sous les douches. tu as besoin d'eau froide après avoir un peu trop posé le regard sur lui. peut-être que ça te fera retrouver la tête. après t'être séché et avoir enfilé un t-shirt et un jogging, tu t'occupes un peu de tes papiers avant de finir par monter sur le toit. ça faisait bien une heure qu'il t'avait quitté désormais.
lorsque tu arrives, tu découvres une grande piscine gonflable remplie d'eau et pleins de bouées gonflées sur le côté. tes yeux sont grands ouverts, étonné et souriant. tu ne t'attendais clairement pas à ça. et d'un autre côté tu ne peux pas t'empêcher d'être déçu de ne pas avoir pensé à ça tout seul. t'es vraiment un frère de merde. « on ne peut pas aller à la mer alors la mer vient à nous. » tu dis dans un sourire en posant ton regard sur ton frangin. « c'est censé être ton anniversaire, pas le mien. » c'est comme des excuses, entre autre. de ne pas avoir fait ça tout seul, de ne pas avoir eu l'intelligence et la débrouillardise de penser à une telle chose. michan est bien plus doué et intelligent que toi. « ferme les yeux. » tu l'encourages, alors que tu retires ton t-shirt à cause de la chaleur. « imagine la mer, et le sable chaud, les enfants jouant sur la plage et toutes les nanas bronzant les seins à l'air au bord de l'eau. imagine le bruit des vagues s'échouant sur la plage, et le son des oiseaux. » tu veux qu'il y soit, et pour de vrai. et alors qu'il a les yeux fermés, tu attrapes le jet d'eau pour le mouiller de la tête au pied « et imagine ton frère t'éclaboussant d'eau. » tu dis en riant joyeusement, satisfait de ta petite blague.






Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Lun 25 Mai - 22:42

Tu penses que tout est possible à ton âge. Tu rêves encore, comme un Peter Pan de cité. Il n'y a pour toi aucune limite tant qu'on souhaite une chose vraiment. Tu n'as pas encore été blessé par la vie, gamin ! Tu n'as pas les responsabilités, les dettes et l'angoisse du lendemain qui te lassèrent les viscères. Dans tes yeux, le monde est encore magique, un monde magique que tu peu changer d'un claquement de doigt.
Tu n'aimes pas le voir légèrement déçu de lui-même. Car, ce cadeau il est pour vous. Tu aurais pu inviter toute la famille. Vu la chaleur, ils auraient adorer barboter dans l'eau. Ils auraient été reconnaissant, car votre famille sont des gens bien. Mais, tu ne voulais partager ce moment avec personne d'autre que lui. Alors, il n'a pas à te remercier. « Oui, c'est mon anniversaire et je voulais nous faire plaisir à tous les deux. » Tu aimes tant quand il te sourit. C'est rare car tu sais que le monde des adultes a violé son âme - où en tout cas c'est comme ça que tu le vois. « Tu te décarcasses toute la journée pour bosser. Tu crois que je sais pas pour l'argent que tu glisses sous la table à maman ? Et, qui s'occupe de toi ? » Toi ? Tu es bien présomptueux, gamin !, mais pourtant derrière tes penchants qui affolent ton pendule entre tes cuisses. Tu as envie de t'occuper de lui. Tu es en âge maintenant. Il n'a pas à porter le poids du monde sur ses épaules seul.
Tu fermes les yeux comme il a demandé. Tu gazouilles comme un idiot, le sourire aux lèvres alors qu'il ne se passe rien, mais tu le connais et tu sais que derrière tu risques de t'en prendre plein la gueule. « Et, les nanas ? Elles ont des gros seins ? » Tu poses la question comme un vieux vicelard, mais est-ce ta faute ? Tes hormones explosent dans tous les sens. Tu penses qu'à ça. Heureusement, tu pouvais compter sur l'eau pour te rafraichir les idées. Complétement mouillé, tu commences à lui courir après. « Espèce de ...Tu vas voir si je t'attrape. Je te fourre le tuyau dans les fesses ! » Tu exploses de rire et tu commences à courir en cercle autour de lui. Tu retires tes vêtements, tes scandales en premier, puis ton tee-shirt et enfin ton pantalon. Tu te retrouves en caleçon comme ce matin. Tu aimerais avoir un maillot de bain à porter, mais cela n'existe pas ici, pas pour toi. Alors, te voilà, le gamin qui est obligé de courir après son frère en tenant son sous-vêtement. L'élastique ne tient pas vraiment sous les attaques d'eau. Heureusement, tu protèges ton pubis de la honte, mais tes fesses font maintenant le spectacle de tous les appartements des tours jumelles qui ont vus sur les toits. « Lou, donne-moi ce tuyau. Je te jure, sinon, je viens ce soir dans ton lit pendant que tu dormiras et tu vas voir. Je vais te mordre la queue comme cela plus aucune fille voudra de toi. » Un petit singe aux fesses roses qui hurle et qui gesticule.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Mar 26 Mai - 6:59

tu aurais pu penser à tout ça toi même. ce que tu es idiot. alors oui, tu es déçu, parce que tu aurais aimé lui faire une belle surprise, pour qu'il se souvienne jusqu'à la fin de sa vie de ce jour. mais à la place, c'était lui qui t'en faisais, une surprise. à ses paroles, tu lui souris tendrement. vous faire plaisir à tous les deux. ce gosse de quinze ans était vraiment parfait. « je n'ai pas besoin qu'on s'occupe de moi, je suis un grand garçon maintenant. » tu lui réponds à sa remarque. « et tu sais très bien qu'elle en a besoin. » de l'argent que tu files tous les mois à ta mère. elle ne s'en sortirait très probablement pas sans ça. alors au fond, est-ce que tu avais le choix ? la famille passait avant tout, comme d'habitude.
et finalement, tu essaies de le faire rêver avec quelques paroles. tu lui dois bien ça. « des seins énormes ! » tu lui réponds dans un rire avant de l'éclabousser. ce qui te fait rire encore plus. et tu te mets à courir sans cesser de rire, le tuyau d'arrosage dans la main. tu fais tout pour qu'il ne t'attrape pas. « attrape-moi si tu peux ! » tu le défies en riant sans cesser de courir. à sa menace de venir dans ton lit pour te mordre, ton esprit pervers ne peut pas s'empêcher de voir ça d'une autre manière. et ça, ton caleçon le sent bien. « même pas cap ! » tu lui dis, faisant comme si de rien était. tu ne veux pas penser à tout ça. tu t'arrêtes pour l'arroser de plus belle, visant au niveau de son caleçon qu'il a du mal à tenir. « fais gaffe, t'es en train de perdre le peu de dignité qui te reste. » tu lui annonces en riant, remonté le jet d'eau sur sa tête, t'efforçant de ne pas le regarder dans cette tenue - qui n'était pas une tenue, justement, vu qu'il ne lui restait plus que son caleçon. et encore.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Mer 27 Mai - 20:11

Tu as l'habitude de ses réponses, de sa litanie, qui autant t'apporte ce sentiment de lassitude, que d'énervement. Tu sais très bien que ta mère en a besoin. Mais, tu voudrais que ton frère pense à lui parfois. Tu aimerais aussi lui faire comprendre que tu es là. « Moi, je serais toujours là pour toi, Lou. » Ta voix crachote et n'arrive pas à dissimuler ces sentiments que tu dissimules derrière ton coeur. Un compartiment secret, d'un amour impossible. « Je suis plus un enfant. Il est temps que tu le vois » Et, Bam ! Dans les dents, celle là c'est spécial dédicace pour toi frérot !
Tu exploses de rire à cet humour grivois qui te correspondant complétement du haut de tes quinze-ans tourbillonnant et tes hormones au galop.  « Cool, je peux toucher ? » Tu fais un signe avec tes mains avant de le poursuivre pour le punir de cet éclaboussement - non mérité. Non, mais ! Surtout, que ton frère attaque une zone des plus sensible. Le tissu est de plus en plus lourd sous tes doigts et il a bien raison, le peu de dignité qu'il te reste risque de tomber à tes genoux. Et, puis, merde ! Tu fais tomber son caleçon et lui jette à la gueule sans la moindre délicatesse. « Tiens, bouffe toi ça. » Et, te voilà en tenue d'Adam, ce corps changeant, ce corps de jeune homme en devenir, encore plus beau sous les rayons étincelants d'un soleil rieur comme toi. La pudeur ne t'arrête pas et tu profites de ton attaque pour lui dérober le tuyau. « Vengeance ! » Tu vises au plus simple. Tu vises son visage.  « Ejac facial ! Tu aimes ça, lou ? » Tu gazouilles à nouveau et tu t'échappes pour pas qu'il ne puisse te rattraper. Le pendule en mouvement avec tes trois poils sur le pubis, mais cela te choque en rien. « Je suis certain que tu as tellement l'habitude de le faire à tes copines que tu pensais pas que cela t'arriverait un jour, hein ? Ouvre pas la bouche, tu risques de tomber enceinte. » Tu enchaines les impolitesses. Peux-tu parler d'autres choses que de sexe ? Impossible ! Tu préfères tourner autour de la piscines gonflable et défier ce frère qui fait battre ton cœur comme jamais il n'avait battu. Je t'aime, lou ! Ne peux pas le voir ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les météores (lou)   Sam 30 Mai - 19:58

tu sais très bien que ton petit frère sera toujours là pour toi, et t'en es bien content. tu avais beau aimer tous tes frères et soeurs de la même manière, michan avait une place spéciale dans ton coeur. il était celui dont tu avais toujours été le plus proche, et ce depuis sa naissance. maintenant, tu le voyais encore différemment, et tu priais toutes les nuits pour l'aimer de nouveau d'un amour seulement fraternel. « si, tu es encore un petit bébé. » tu lui fais remarquer dans un sourire taquin. il n'était qu'un enfant, qu'il le veuille ou non. et sa trique du matin n'y changerait rien.
ton frère te fait rire et tu te contentes d'hocher à sa question même s'il ne peut pas le voir avec ses yeux fermés. tant pis. de toute manière, tu es trop occupé à l'attaquer avec le jet d'eau. il en vient même à perdre son caleçon. (enfin, ton caleçon) et il se retrouve tout nu devant toi sans aucune gêne. toi, tu t'efforces de ne pas le regarder. c'est pêché, de regarder les garçons. encore plus son petit frère. tu ne voulais pas subir la colère de dieu. alors tu détournes le regard, tout simplement. c'est la meilleure chose à faire, bien que tu évites habilement son lancer de sous-vêtements. mais sans que tu ne t'en rendes compte, il te pique le tuyau et t'arrose la face avec. alors toi, tu te mets de nouveau à courir en riant pour éviter cette attaque. il te fait encore et toujours des allusions au sexe, mais tu te prends à son jeu plutôt que de lui montrer tout ce que cela t'amène comme idée malsaine. il ne manquerait plus qu'il remarque quelque chose. tu te devais d'avoir toujours le même comportement. « ahah, très drôle. tu devrais penser à aller dans une école de clown, gamin. » tu dis pour le taquiner tout en lui courant après. et bien évidemment, tu finis par l'attraper et tu dérobes le tuyau. à ton tour d'arroser son visage. « je préfère le faire plutôt qu'on me le fasse. » tu dis en riant sans chercher aucun sous entendus. évidemment, des nanas, tu en avais eu par centaine. tu avais sûrement dû coucher avec la plupart des filles dans la cité. toutes étaient prêtes à se mettre à genoux pour toi, et tu ne t'en plaignais pas.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les météores (lou)   

Revenir en haut Aller en bas
 

les météores (lou)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nouvelle station de poursuite pour Ariane aux Açores
» Pluie de météores le 8 octobre à partir de 20 h ( heure locale)
» Açores, pyramide et vestige…
» Detection des météores
» Et la vie a passé comme ont fait les Açores

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOHU BOHU :: les cratères lunaires :: la face cachée de la lune :: version un :: rp-