AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 les voleurs de rêves ( feng xu )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité



MessageSujet: les voleurs de rêves ( feng xu )   Lun 18 Mai - 0:09

    Trois fois que je fais le tour de ma chambre, y a des montagnes de papiers, des carnets colorés, des esquisses de noirs et blanc, mais pas le recueil que je cherche, celui avec des têtes de pirates et des mouches à lunettes. Je fais des explosions de papier à force de tout balancer, on dirait des oiseaux blancs cassés. Y en a même un qui refuse de s’arrêter, il prend son envol, droit vers la liberté et à travers ma fenêtre. Et j’ai beau lui crier de revenir, de remonter, il s’échappe dans des tourbillons presque indécents. Même sur mes propres poèmes, je n’ai aucune autorité. Je le suis des yeux qui va s’échouer devant Uranus, comme pour me narguer. P’têtre que Feng elle… Oh !
    Ça fait des éclairs tonnerres. Mon carnet de mouches à lunettes. Elle m’a piquée mon carnet de poèmes pirates, ceux qui pillent un peu tout le monde, parce que parfois j’en ai marre, parce que plus personne jamais ne sera Verlaine ou Rimbaud, encore moins un gamin qui se planque dans une tour-planète. J’ai fourré la gerbille au fond de la poche de mon pull et descendu les marches quatre à quatre. J’ai plus de souffle, et pourtant moi, je ne fume pas. Si je cours assez vite, j’arriverai peut-être même à récupérer l’oiseau de papier.
    Il a reçu des traces de pieds, les ailes broyées, cadavre devant Uranus comme un message de bienvenue macabre. Je suis plus sur de l’appartement de Feng Xu, j’aime pas Uranus, elle est trop grande, elle sent la fin du monde, mais même les cavaliers de l’enfer ne garderaient pas mon carnet.
    J’me suis planté d’étage mais c’est pas grave, je redescends marche après marche, je trébuche et me rattrape de justesse, pile sur la porte de Feng Xu, et je tambourine, sors de là petite voleuse, mes poèmes c’est mon oxygène. Alors quand la porte s'entrouvre, j'ai le coeur au bord des lèvres. « Mon carnet. Rends moi mon carnet. » Ça me siffle hors de la cage thoracique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les voleurs de rêves ( feng xu )   Lun 18 Mai - 21:26


Le réveil sonne. Il est enfoui quelque part sous une pile de vêtements sales, peut-être sous mon soutien-gorge de la veille ou de ma culotte d'il y a une semaine. La tête enfouie sous mon oreiller, j'tâte sur ma table de chevet à la recherche de l'objet de tous les malheurs. J'le trouve finalement, j'le tire violemment, puis j'le lance contre le mur de ma chambre. J'aurais voulu qu'il éclate en mille morceaux comme dans les films, que sa carcasse de plastique face sblaff contre le mur puis plaf à terre. J'aurais voulu le voir exploser, entendre un fracas d'enfer. Mais non. Il est indemne. Sauf une bosse. J'me lève péniblement de mon lit. Me gratte la tête. J'cherche sous mon oreiller et j'y trouve mon paquet de clopes. J'm'en allume une. J'enfile une camisole qui traîne dans le coin. J'reste en culotte parce que pourquoi pas. J'ouvre un peu les stores pis j'regarde à travers. Le ciel est presqu'uniquement bleu. Aucun nuage. C'est rare ici, où il fait toujours gris, où les nuages menacent toujours de nous envoyer toute la tristesse du seigneur. J'm'approche de mon lecteur de disques et me recherche quelque chose à mettre. Est-ce que j'feel Ramones aujourd'hui ? Peut-être plus Public Image Ltd. Ah ouais, p't'être plutôt les Misfits. J'pars le disque. J'chante avec le chanteur tout en me traînant dans la cuisine où j'me sers un verre de lait. Y'a une boîte de pizzas ouverte sur le comptoir avec quelques restants. À côté y'a des carcasses de vieilles bières, puis j'pense une pointe de gâteau qui date d'il y a deux semaines ? J'sais pas, j'ose pas trop m'approcher. J'me prends une pointe de pizza et j'la mange tout en buvant mon lait. Ma tête se balance au rythme de la musique. J'regarde mon appart. J'le trouve trop grand pour une personne. J'devrais me trouver un coloc. Mais en même temps j'veux pas. J'serais vraiment capable de supporter une personne dans mes affaires ?  Nan. Mais y faut m'faut quelqu'un pour payer le loyer. J'n'aime pas penser à ça. J'déteste l'argent. Fuck ça. Ça aurait jamais dû être inventé.
Je me dirige vers ma salle de bain quand tout à coup on cogne à ma porte. Hum. J'aime pas ça. Quelqu'un à ma porte. Hum. J'ouvre la porte, puis finalement c'est juste Isaïe. Il veut sûrement encore me montrer de ces putains d'poèmes. Fuck. J'm'apprête à lui demander ce qu'il veut quand il le dit, bang, avec une force que j'n'avais jamais vu chez lui.
- Ton carnet ? Pourquoi j'aurais piquer ton carnet?
Peut-être que je lui ai piqué en plus, juste que je ne m'en souviens plus.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les voleurs de rêves ( feng xu )   Lun 25 Mai - 22:24

    Ça brule les poumons l'espoir qui s'amenuise. Ça écorche les chairs à vifs sous les ongles ensanglantés. Mais je continue de gratter. C'est la douleur qui donne son souffle aux poèmes, les couleurs des mots qui éclaboussent une galaxie à bout de souffle. Mes carnets sont mal ficelés, tout tachés, de larmes et de café. Parfois la gerbille grignote des coins, avale des fins de phrase et des conjugaisons maladroite, laisse derrière elle une empreinte de patte. Mes poèmes sont des petits bouts d’âmes arrachés, de l’encre sanguine sur les doigts et le papier. Il faut que je récupère ce fichu carnet, même si je dois traverser les galaxies. Même si je dois affronter Uranus. Uranus qui sent l’accumulation de tout, de vices et de désespoir. Uranus où se cache le coeur battant de la petite chanteuse, la pile électrique aux paroles comme des ouragans. Je pourrais me jeter à ses pieds tout de suite, la supplier, mais ça brule dans les veines, ça crépite sur la langue, la colère qui se nourrit de la peur.
    Elle me fait rire d’habitude, c’est un peu un démon, elle est la force que je n’ai pas, que je n’aurai jamais. Mais ça bloque aujourd’hui, même si elle a l’air à peine réveillée, même si peut-être que quelque part dans le ton de sa voix y a une réelle surprise, parce que si c’est pas Feng Xu qui a pris mon carnet, je vais m’arracher les cheveux, avaler la gerbille, faire vaciller Uranus. Je me reconnais pas vraiment. J’suis ni méchant ni violent. Mais je bloque quand même la porte du pied, je pousse Feng Xu pour entrer sans même lui demander, ça m’arrive jamais, j’ai les mains qui tremblent un peu.
    « Celui avec les mouches à lunettes, celui que je t’ai montré la dernière fois que tu répétais, tu faisais trop de bruit, je suis venu avec, j’ai perdu mon carnet, Feng j’ai perdu mon carnet… »
    Je crois que j’ai jamais fait de phrase aussi longue, ça m’assèche la gorge, mais ça me pique les yeux. Je me frotte la tempe avec la manche, je fourre la gerbille un peu mieux au fond de la poche en regardant partout autour de moi, mais c’est tout aussi organisé que chez moi, une chatte y retrouverait pas ses petits, alors je supplie un peu Feng Xu du regard, j’ai besoin d’un coup de pouce.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité



MessageSujet: Re: les voleurs de rêves ( feng xu )   Ven 5 Juin - 21:21


Il me pousse. J'veux lui arracher la tête. Personne ne me pousse, personne ne me touche, et surtout pas quand je n'ai même pas encore pris ma douche. Le poète se veut violent aujourd'hui. Il hyperventile. De la fumée sort de ses narines, de ses oreilles, de derrière ses yeux. Je peux voir les veines de sa gorge se contracter, les traits de son visage se rider. Tout son corps tremble comme s'il avait froid. Il me regarde. Il me regarde avec rage. Avec tristesse. Il me supplie du regard. Me décrit son carnet comme s'il me décrivait le grand amour. Me le décrit dans tous ses détails, me dit qu'il l'avait amené ici, qu'il l'a peut-être laissé aussi. J'l'ai jamais autant entendu parler. J'ai presque peur qu'il manque de souffle, qu'il tombe sur le sol, mort. Un poète en moins, mort dans la merde d'une autre poète. Enfin, c'est comme ça qu'on me nomme, moi j'me trouve pas très poète. J'fais juste gueuler. Exprimer ma rage. Dire que tout ça, que tous ces bâtiments, que tout ce faux gazon c'est d'la merde.
- Calme toi, c'est juste un carnet, un putain d'objet sans valeur.
J'le regarde droit dans les yeux. J'peux voir l'intérieur de son corps. Isaïe est comme un livre ouvert. On peut tout lire dans ses yeux. C'est ça les poètes sensibles. J'peux voir la tristesse que ça lui fait d'avoir perdu cet objet. J'peux voir qu'il ne s'en remettra sûrement jamais, que c'est comme s'il avait perdu une partie de lui.
- Mais j'vais t'aider à le retrouver.
J'me gratte les fesses et m'allume une nouvelle cigarette. Je regarde mon appart. Ça va être long. Mon salon est bondé de vieilles assiettes, de vêtements et d'objets divers. Il m'arrive de perdre des objets et de seulement les retrouver des mois après, à un endroit auquel je n'aurais jamais pensé. J'me retourne vers Isaïe.
- On va commencer par le salon. Regarde dans les craques du divan, moi j'regarde sous les vêtements et autres.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les voleurs de rêves ( feng xu )   

Revenir en haut Aller en bas
 

les voleurs de rêves ( feng xu )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Feng Shui avec les bougies
» élèves voleurs
» Vinaigre des quatre voleurs
» Qu'est-ce que le Feng Shui?
» feng shui/ les symboles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TOHU BOHU :: les cratères lunaires :: la face cachée de la lune :: version un :: rp-